Rencontres Ethnologie et Cinéma

Syndiquer le contenu

Mot-clé “Les Blancs et les Sauvages : contact et acculturation”

Quand deux cultures se rencontrent, il est bien souvent délicat d'éviter préjugés, blocages et maladresses réciproques. Cette difficulté du rapport à l'autre aura conduit nos aînés à construire les catégories de Blanc et de Sauvage, avec toutes les définitions qui en découlent. Ni fondées, ni exclusives, ces catégories explosent avec le temps et, du premier contact au dernier (celui où l'on ne distingue plus l'un de l'autre), les peuples changent et se transforment, recomposant leur identité en intégrant dans leur mémoire, leur histoire, les événements de la rencontre.

Film

Romances de terre et d'eau

Ce film est conçu pour un choeur de 14 personnages adultes et 6 enfants, paysans et journaliers du Nordeste brésilien : chacun raconte une part de sa propre vie et se reconnaît aussi dans l'écho de la parole des autres. Par la voix, mais aussi par la musique, la poésie, les danses et les créations à base d'argile, ils racontent la fragilité de tous les instants.

78' | Belgique - France | format : 35 mm | direction : Jean-Pierre Duret et Andréa Santana

Film

Je suis... tu es... ou l'invention des Jivaros

D'un côté, les "redoutables" Jivaros, un phantasme occidental popularisé par le cinéma et la bande-dessinée dans la première moitié du 20ème siècle. De l'autre, les Shuar, Indiens amazoniens d'Equateur, christianisés et acculturés par les missionnaires, très actifs politiquement. Entre les deux, une pratique qui fit les beaux jours du cinéma ethnographique : la réduction de têtes humaines.

67' | France | format : DV-Cam projeté en béta SP | direction : Yves de Peretti

Film

Indiens, Kanoê et Akunt'su

"J'ai eu la possibilité d'accompagner l'indigéniste Marcelo dos Santos, de la FUNAI, en Rondonia, zone dans laquelle vivent les derniers survivants des Kanoê et des Akunt'su. Ce film montre ce qui arrive lorsque quelqu'un comme moi, native européenne, apparaît avec une caméra et visite pendant quelques jours une petite communauté indienne du Brésil…" (M. Soto)

58' | Espagne | espagnol | format : DV-Cam projeté en béta SP | direction : Marisol Soto

Film

Rushs

Gonzalo Arijon présente, non montées, les images brutes réalisées lors d'un tournage chez les Indiens Matis, au cours duquel s'est établi l'un des premiers contacts avec un groupe de femmes et d'enfants Korubos.

30'' | France | format : béta num projeté en béta SP | direction : Gonzalo Arijon

Rencontres Ethnologie et Cinéma30 mars - 4 avril 2004

VIIIe Rencontres autour du film ethnographique

La ville, l'Amérique du Sud, l'Asie Centrale, le Caucase, les Îles italiennes, autant d'incursions géographiques : Blick filme un quartier qui se transforme en Europôle, Marisol Soto débarque au Brésil, Agnès Varda interroge les commerçants de sa rue, Grégory Lidin passe deux ans dans une oasis de Mongolie, Sergueï Paradjanov met en récit filmographique des légendes caucasiennes, Vittorio de Seta profite des pellicules du gouvernement pour fixer les gestes de ses contemporains insulaires.

Cette approche quasi-géographique n'a pas vocation à introduire de comparaisons entre les situations, territoires ou époques présentés dans les films. Au contraire, on pourra chercher à lire ces documents cinématographiques sous un autre angle : les relations qu'entretiennent les réalisateurs à la culture qu'ils filment, selon qu'ils en sont issus ou étrangers. Seront alors décorticables, à l'envie, les rapports à l'intime, au familier, à l'héritage, au rejet, à la fascination...

(Photographie :  Les Carnets de Mongolie :Journal de voyage photographique http://gregory.lidin.free.fr/ )