Rencontres Ethnologie et Cinéma

Syndiquer le contenu

Mot-clé “LARHRA Grenoble”

Colloque internationaljeudi - samedi, 15 - 17 mai 2014

La Maison de Savoie et les Alpes. Emprise, Innovation, Identification XVe - XIXe siècle

à partir de 9h  |  15 et 16 mai, Amphithéâtre de la MSH-Alpes - 17 mai, Palais du Parlement de Grenoble

4e Colloque international des Sabaudian Studies

Organisé par

Stéphane Gal - Université de Grenoble, Université Pierre Mendès France, LARHRA UMR CNRS 5190
Laurent Perrillat - Université de Savoie , Langages, Littératures, Sociétés (LLS), EA 3706

Les nombreuses études effectuées ces dernières années ont fait une large place à l'histoire de la maison de Savoie et à l'histoire des Alpes. L'une et l'autre ont été tirées d'une marge historiographique qui reléguait les Savoie au rang de princes ambitieux, à la remorque des grands États européens, et les Alpes à un « autre territoire du vide », réceptacle de tous les archaïsmes. Ces princes semblaient en quelque sorte marqués par la nature même de leur territoire ! Pour autant, le rapport réel ou prétendu qui pouvait exister entre ces princes et leurs montagnes n'a que rarement été approché pour lui-même.
Entre monts et piémont, les États savoyards, deçà et delà les Alpes, offrent une construction territoriale originale. Plantées en leur cœur, les Alpes en furent un acteur central et permanent. Elles s'imposèrent comme une contrainte au gouvernement des Savoie obligés de régner sur deux versants fort différents l'un de l'autre. Mais au-delà de l'image traditionnelle du « portier des Alpes » et de la « politique de bascule », les princes de la Maison de Savoie ont su composer avec la montagne afin de l'intégrer pleinement à leur territoire et d'en faire ainsi un véritable atout politique et économique. Lieu de circulation, d'échanges, d'emprise, de défense ou de résistance, voire d'identification, les Alpes devinrent un espace plein. Elles s'imposèrent aussi comme un élément dialogique et spéculaire dans la construction de l'image dynastique des Savoie. Ce faisant, c'était la perception même de la montagne qui se transformait au profit d'une vision nouvelle dont les Savoie furent à la fois les acteurs et les bénéficiaires. Mais selon quelles temporalités et par quels biais ?
Il convient de s'interroger sur cette relation ancienne et complexe entre des princes et leurs montagnes, posant la question du territoire, de ses usages, de sa perception et de son appropriation. Quels rapports spécifiques cela a-t-il pu engendrer entre les princes de Savoie et leurs terres, les princes et leurs sujets ? Dans quelle mesure la contrainte naturelle imposée par un relief séparant ces États fut-elle source d'adaptation, de valorisation et d'innovation? Sur le plan social et économique, de quelle façon évoluèrent les rapports entre montagne et plat pays, entre haut et bas, pendant cette période ? De la Chronique de Savoie à la création de la réserve de chasse du Grand Paradis, les cimes alpines furent omniprésentes et quasi consubstantielles à l'ascension des Savoie, princes dans lesquels les contemporains virent tantôt des « rois des Alpes », tantôt des « rois des marmottes ». Mais jusqu'où est-on allé dans l'identification, ou/et la dérision, de ces princes et de leur territoire marqué par l'altitude, le froid et l'escarpement ? Et que peut-on en comprendre en matière de cultures et de pratiques politiques ?
La période, couvrant l'accession au duché au XVe siècle jusqu'à l'unité italienne, au XIXe siècle, paraît offrir un temps suffisamment long pour mettre en valeur une telle problématique.
Le 4e colloque international des Sabaudian Studies sera l'occasion de réunir les chercheurs qui se penchent sur l'histoire des États de Savoie. Il permettra de faire le point sur les recherches actuelles et de croiser le plus grand nombre d'approches, tant sur le plan politique, culturel, juridique, économique, militaire que religieux. En lien avec le Labex grenoblois, Innovation et Territoires de Montagnes (ITEM), il sera un moment privilégié pour établir un état de la question, mettre en place des coopérations scientifiques entre les laboratoires, et dégager de nouvelles pistes de recherches pour l'avenir.

Séminairejeudi - vendredi, 14 - 15 Mars 2013

Histoire Mémoire Patrimoine. Démarches croisées et objets inédits

9h-17h  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Séminaire doctoral organisé par :
Anne-Marie Granet-Abisset - LARHRA UMR 5190, Université Pierre Mendès France
Dominique Rigaux - CRHIPA EA 599, Université Pierre Mendès France

 

Dans la continuité des séminaires précédents, les historiens de l’ED SHPT proposent une nouvelle formation pluridisciplinaire autour des thèmes de la mémoire et du patrimoine dans leur rapport à l’histoire et à l’écriture des temps. Comme à chaque session, le principe est de faire intervenir des chercheurs des différentes disciplines des SHS et/ou des acteurs du patrimoine. Ces derniers présentent leur recherche et/ou leur rôle dans ce domaine où les usages recouvrent des enjeux forts et parfois contradictoires. Ces échanges sont un moment essentiel qui permet de poser, à partir de cas concrets, les questions difficiles du rapport à la culture et au passé, dans leurs formes d’expression, pour des acteurs variés et plus simplement pour les citoyens.
Pour renouveler les sujets et les approches, la session 2013 a choisi de mettre l’accent sur le patrimoine sonore, musical et scénarisé en lien avec le Pôle Images sons mémoire du LARHRA : un patrimoine autant vécu que pratiqué, une histoire mise en acte et en spectacle ou traduite par la danse ou les chansons. L’autre entrée originale est la participation des écologues. Gestionnaires des territoires et de leur préservation, ils structurent depuis quelques années une réflexion riche sur d’autres formes de patrimoine et de patrimonialisation, de mise en mémoire et de lecture des temporalités. Une entrée féconde pour les SHS et un croisement stimulant avec des méthodes et des démarches inédites qui ne peuvent que nourrir cette approche pluridisciplinaire qui préside à ce séminaire.
Enfin le séminaire sera l’occasion de présenter et de réfléchir autour d’un objet de recherche inédit, dès lors qu’on le questionne sous l’angle croisé de l’histoire, de la mémoire et du patrimoine : la Nationale 7 dans son rapport au territoire et à ses usages, dans sa construction matérielle comme mythique. Il s’agit de plus d’un programme pluridisciplinaire développé au sein de l’ARC7 et qui sera présenté à cette occasion.

Journée d’étudesjeudi 21 Février 2013

Nations et noblesses. Deux recherches franco-allemandes

10h30-17h  |  Salle de réunion du 2ème étage

Martin Wrede, Professeur d'histoire moderne à l'Université Pierre Mendès France et membre du LARHRA (UMR 5190) présentera ses travaux de recherche dans le cadre de cette journée d'études.

10h30
L’ennemi héréditaire entre croisades et convenances – Séculariser un concept sacral, Allemagne 16e – 18e siècles

14h
Contempler les mânes de Turenne – détruire les chimères des Bouillon. L’abbaye du Roi, le corps du héros et les répercussions d’une lutte mémoriale en plein absolutisme

 

Séminairevendredi 30 Novembre 2012

Prophétisme et politique à l'époque moderne

10h-12h  |  Salle de réunion du 2ème étage

Stéphane GAL, Maitre de conférences en histoire moderne, Université Pierre Mendès France - LARHRA UMR 5190

Intervenante : Elisabetta LURGO, Università degli studi del Piemonte Orientale "Amedeo Avogadro"

Dans le complexe réseau de relations sociales qui compose les sociétés locales de l’Ancien Régime, l’Eglise aussi est structurée comme une communauté au milieu de laquelle jouent un rôle central les relations de parenté. Dans les pratiques religieuses l’intercession représente la base structurelle des relations entre l’individu et ses patrons humains et célestes. Il faut donc partir de cette politique de l’intercession, qui préside à tous les aspects de la vie quotidienne, mais aussi aux rapports avec le divin, pour comprendre le phénomène du prophétisme, en grande partie féminin, dans les premiers siècles de l’âge moderne. Les années à partir de la fin du XVe siècle ont inauguré une longue période de frémissements prophétiques et eschatologiques dans la chrétienté occidentale: le prophétisme est un phénomène d’une troublante intensité dans la péninsule italienne, mais il ne demeure pas ignoré en Europe. L’Espagne et le Portugal connaissent, dans ces années-là,  une vraie invasion de prophètes itinérants et de visionnaires, souvent associés aux ordres mendiants. La prophétie joue un rôle clé en Angleterre, dans l’élaboration d’une mythologie dynastique autour des Tudors, et dans le climat de troubles eschatologiques dont est saisie une France déchirée par les guerres de religion. Parallèlement à la théorisation d’un Etat de droit, qui va progressivement remplacer une société fondée sur la négociation et l’intercession, le statut du prophète en tant que médiateur avec le divin entre en crise: en même temps, les phénomènes mystiques tels que visions et prophéties font l’objet d’une croissante méfiance par l’Eglise institutionnelle. Mais l’alliance entre pouvoir politique et autorité charismatique survit : dans l’Etat de Savoie, par exemple, elle s’exprime par les biais d’une culture visionnaire et prophétique largement acceptée. Il s’agit d’une tradition d’utilisation politique de la modalité vision/prophétie qui reste très vive tout au long de l’âge moderne, jusqu’au XIXe siècle: cette tradition n’est pas forcement liée à une critique de l’Etat, dont elle semble, au contraire, manipuler le système symbolique. Il ne s’agit donc pas d’un prophétisme qui vise à légitimer l’ordre civil ou à le contester, mais d’un langage politique et religieux inséré dans l’espace sacré des communautés locales.

Journée d’étudesvendredi 14 Décembre 2012

L'engagement dans la Protection de la nature et de l'environnement. Les femmes

9h-18h  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Karine BASSET, Université Pierre Mendès France - LARHRA UMR 5190 et Isabelle MAUZ, Association pour l'Histoire de la Protection de la Nature et de l'Environnement

La proportion de femmes dans l’histoire des divers mouvements en faveur de la protection de la nature et de l’environnement (PNE) a été très variable. Très rares dans la création des premiers espaces protégés français dans les années 1950-1970, les femmes ont en revanche été fortement majoritaires dans les mouvements de défense des oiseaux et de protection des animaux des pays anglophones et germanophones, et on retrouve une même surreprésentation dans les associations de protection des grands prédateurs en France.

Alors que l’association classique (mais discutée) entre les femmes et la nature suggérerait l’existence d’un engagement fort dans la PNE, la réalité apparaît ainsi plus contrastée. Les liens entre les femmes et la PNE appellent alors un certain nombre de questions, invitant d’une part à mieux cartographier et caractériser l’engagement féminin au cours de l’histoire contemporaine, et d’autre part à affiner la sociologie politique de la place des femmes dans la PNE. Ce à quoi s’efforceront de contribuer la présentation de travaux de recherche récents en différentes disciplines des sciences sociales, ainsi que le témoignage d’une femme sur son propre parcours d’engagement dans la fonction publique environnementale.

Séminairelundi - mardi, 8 - 9 Octobre 2012

LABEX ITEM - 1er séminaire interdisciplinaire "Regards croisés sur l'innovation en territoires de montagne"

Lundi 8 octobre, 8h45-18h - Mardi 9 octobre, 9h-13h  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LABEX ITEM

Ce premier séminaire transversal vise à poser les bases de la construction de l’interdisciplinarité en SHS, un des objectifs
majeurs du Labex Item.
Conçu pour comprendre en profondeur les démarches, les méthodes, les référents et les références que chaque discipline
impliquée dans ces recherches partagées met en oeuvre, le séminaire présente par disciplines des entrées et des travaux
déjà conduits autour et sur les concepts majeurs d’ITEM (Innovation, territoire, montagne).
Temps de présentation mais surtout d’échanges pour cette communauté de chercheurs nouvellement constituée, le
séminaire se conclura par l’intervention de François Walter, historien suisse, spécialiste des rapports au territoire et de l’interdisciplinarité
 

La participation à ce séminaire est ouverte à tous les membres et partenaires du Labex Item ainsi qu’aux doctorants
Entrée gratuite sur inscription avant le 1er octobre 2012 auprès de Stéphanie Rouanet
(04 76 82 73 25 / stephanie.rouanet@upmf-grenoble.fr)
 

Journée d’étudesvendredi 14 Septembre 2012

Quels savoirs pour l'espace urbain dans la ville des Lumières ?

10h - 17h  |  Salle de réunion du 2ème étage

Clarisse Coulomb, Maîtres de conférences en histoire moderne, LARHRA - Université Pierre Mendès France Equipe POUVOIRS, VILLES, SOCIETES

 

 

S’interroger sur la naissance des sciences de la ville, tel est l’objet de cette journée d’études.

D’une part, il s’agit d’étudier les rôles des institutions urbaines productrices de savoir (collèges, universités, académies) dans la définition d’un espace public : interventions de Stéphane Van Damme (Sciences-Po Paris) et Clarisse Coulomb (Grenoble II)

D’autre part, le rôle nouveau de la police dans la collecte, la régulation ou la reconfiguration des savoirs liés à l’intérêt public sera mis en lumière par les interventions d’Ulrike Krampl (Université de Tours, EHESS), Vincent Milliot (Université de Caen), Igor Moullier (ENS-Lyon).

Journée d’étudesvendredi 4 mai 2012

La Micro histoire des Territoires Urbains

9h-16h  |  Salle de réunion du 2ème étage

Preston Perluss, Maître de conférences en anglais, LARHRA - Université Pierre Mendès France

Les études des territoires urbains s’orientent de nos jours vers une analyse fine des sociétés et tissus urbains. Si le terme « micro-histoire » revêt de nombreuses significations parmi lesquelles figure la biographie, ce même mot sied également à la recherche des voisinages et des quartiers urbains où il s’agira de dresser une étude non seulement des individus mais aussi bien de leurs environnements que ces derniers soit physiques ou idéologiques.

Chacun de nos intervenants abordera la question de la microhistoire de la territoire urbaine d’une manière spécifique. Haim Burstin étudie les comportements citadins du quartier de Saint Marcel de Paris à l’époque Révolutionnaire ; Heidi Deneweth examinera des aspects sociaux et physiques des quartiers de Bruges ; Bernard Gauthiez présentera ses recherches sur la Place Navone à Rome ; Vanessa Harding se penchera sur l’histoire du logement, de la santé et la famille à Londres.

Intervenants :

Haim Burstin (Professeur d’histoire moderne Université Milano-Bicocca)
Heidi Deneweth (Post doctoral chercheur Utrecht University)
Bernard Gauthiez (Professeur de Géographie, Université de Lyon III)
Vanessa Harding (Professeur d’histoire, Birkbeck, University of London)

programme à venir

Journée d’étudesvendredi 27 Avril 2012

Artisans et artisanat : les avancées de la recherche en archéologie et en histoire (antiquité-XIXe siècle)

9h-17h  |  Salle de réunion du 2ème étage

Alain Belmont, Professeur d'histoire moderne, LARHRA - Université Pierre Mendès France

Longtemps sujet réputé ingrat ou même censé n'avoir jamais existé car confondu dans la masse des "paysans", l'artisan des époques passées fait l'objet depuis quelques années d'une attention accrue de la part des archéologues et des historiens, au point de mobiliser à présent des colloques qui lui soient spécifiquement dévolus. Les travaux sur le terrain et en archives ressuscitent un monde artisanal beaucoup plus important et nettement plus complexe, en prise directe avec les économies de son temps et détenteur de savoirs-faires et d'équiments techniques bien plus évolués qu'on ne le pensait. Réunissant des archéologues de l'INRAP (Institut National d'Archéologie Préventive) et des chercheurs du LARHRA, la journée d'étude du 27 avril 2012 présentera les avancées récentes sur des thématiques à la pointe de la recherche : l'archéologie de la meunerie antique et médiévale, et l'artisanat de l'époque moderne

9h – 12h

Meules et moulins à l’époque romaine - Luc Jaccottey, archéologue à l’INRAP

Les fouilles des moulins médiévaux de Thervay (Jura) - Gilles Rollier, archéologue à l’INRAP

Des oubliés de la recherche : les moulins à vent en région Rhône-Alpes - Alain Belmont, professeur d’histoire moderne à l’université Grenoble 2, LARHRA

 

14h – 17h

Carrières, pouvoirs et territoires : l’exemple des meulières du Mont Vouan (Haute-Savoie) - Alain Belmont

Artisans et artisanat : les avancées de la recherche en histoire moderne - Natacha Coquery, professeur d’histoire moderne à l’université Lyon 2, LARHRA 

 

Séminairevendredi 20 Avril 2012

1850 : la loi Falloux accorde la liberté d'enseignement secondaire. Généalogie et relecture critique

9h-17h  |  Salle de réunion du 2ème étage

Pierre Judet, Maître de conférences en histoire contemporaine, LARHRA - Université Pierre Mendès France

Intervenant : Sylvain Milbach, Maître de conférences d'histoire contemporaine, LLLS - Université de Savoie

La loi Falloux de 1850, qui accorde la liberté d'enseignement secondaire, est une étape structurante de l'organisation du système éducatif français. On se propose de revisiter la période de  maturation (1830-1850) qui conduit à cette loi et qui l'éclaire sous un autre jour : non plus celui de ses conséquences, bien connues, mais de ses motivations. L'obtention de la liberté d'enseignement fut d'abord conçue comme une loi de liberté religieuse : elle visait à réconcilier le catholicisme avec les libertés fondamentales et la société post-révolutionnaire. Les résistances que cette attente rencontra montrent les ambiguïtés des libéraux au pouvoir, mais aussi les divisions des catholiques. Ce dispositif, plus complexe et indécis qu'on ne l'a souvent dit, s'explique par les divergences politiques et religieuses qui naissent du processus de sécularisation : c'est en partie dans ce débat que décantent les positions et les affrontements qui s'affirmeront sous la Troisième République.